Le Syndicat Mixte de Géothermie de Chelles

Rôle et activité du SMGC

Le SMGC est le relais stratégique auprès des autorités de la ville de Chelles et de la région Ile de France pour tout ce qui concerne le développement du réseau de chaleur et l’utilisation des ressources nouvelles toujours orientées vers la protection de l’environnement. Il répond également de l’optimisation des ressources géothermales sur le réseau.

Il a été créé en juillet 1984, à l’initiative du Conseil Municipal de la Ville de Chelles et de l’Office Municipal d’HLM de Chelles (OPAC) sous la forme d’un syndicat mixte associant ces deux entités juridiques.

Ses règles de fonctionnement sont celles des collectivités territoriales.

La centrale de Chelles

La centrale géothermique de Chelles est gérée par le Syndicat Mixte de Géothermie de la ville de Chelles et la société Chelles Chaleur (filiale du groupe Coriance, acteur majeur des services énergétiques, spécialisé dans les réseaux de chaleur et les énergies renouvelables).

Le réseau de chaleur de Chelles est alimenté par :

– un doublet de géothermie

  une cogénération au gaz de 8MW (production couplée d’électricité et de chaleur à partir de moteurs à gaz)

  une chaufferie de 22MW

Constitué d’environ 11 km de canalisations et de 64 sous-stations, le réseau de chaleur livre annuellement environ 50 000 MWh de chaleur, ce qui correspond aux besoins des 6000 équivalents-logements raccordés.

la_centrale_de_chelles-web

Composition du Comité syndical

Le syndicat Mixte de Géothermie de Chelles est composé d’un comité syndical dont les membres sont désignés, à parts égales, par le Conseil Municipal de la Ville de Chelles et par l’Office Public de l’Habitat Marne et Chantereine :

• 6 membres délégués titulaires

• 6 membres délégués suppléants

Les membres sont renouvelés à l’issue des élections municipales.

Équipe dirigeante élue par le comité syndical

Laurent Dilouya

Laurent Dilouya

Président

Jacques Philippon

Jacques Philippon

Vice Président

Le Réseau de chaleur

schema-centrale

 EXPLOITATION

Le principe : L’énergie issue de la chaleur de l’eau est récupérée, transférée sans contact au réseau d’eau du réseau de chaleur. Il s’agit donc uniquement d’un transfert de chaleur : à aucun moment, l’eau du Dogger, qui est corrosive, n’est en contact direct avec l’eau douce sanitaire distribuée dans les habitations.

Un premier puits permet de récupérer la chaleur présente dans la croûte terrestre, c’est à dire d’extraire l’eau liquide contenue dans la couche géologique du Dogger.

En surface, un échangeur permet de transférer les calories présentes dans l’eau de l’aquifère vers l’eau du réseau de distribution de chaleur.

Le réseau de canalisation d’eau dessert ensuite les sous-stations présentes en pied ; celles-ci amènent la chaleur à chaque immeuble ou équipement pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire.

Après utilisation dans la centrale géothermique, l’eau géothermale est refroidie,  et renvoyée retourne par un second puits vers son milieu naturel. Ce principe permet de maintenir l’équilibre hydrogéologique de la réserve d’eau chaude (à Chelles et Ile-de France, du Dogger).

PRINCIPE DE LA GÉOTHERMIE

Le terme de géothermie recouvre l’ensemble des techniques qui permettent de récupérer la chaleur naturellement présente dans le sous-sol terrestre.

Il existe différents types de géothermie :

– la géothermie très basse énergie (<30°C) : les nappes phréatiques sont peu profondes (< ou = à 100m) et leur exploitation permet le chauffage, la climatisation de bâtiments et dans certains cas l’horticulture (chauffage des serres) et la pisciculture.

– la géothermie basse énergie (entre 30°C et 90°C) : l’eau est située entre 1500 et 2500 mètres de profondeur. Ce type de géothermie est idéal pour une utilisation industrielle, le chauffage de bâtiments de taille importante (bureaux, habitat collectif), balnéothérapie, ou thermalisme.

– la géothermie moyenne et haute énergie (entre 90°C et 320°) : du fait des températures élevées, la production d’électricité est possible grâce à des turbo-alternateurs. Les régions volcaniques sont particulièrement propices à ce type de géothermie

Le dogger parisien permet quant à lui une exploitation géothermique basse énergie.

RÉSEAU DE CHALEUR SOUTERRAINE

Le bassin parisien se situe au-dessus d’un important réservoir géothermique appelé « Dogger ». Cette nappe d’eau chaude d’une température de 56° à 85° est à une profondeur de 1600 à 2000m. Grâce à cette nappe, on compte en Ile-de-France 34 installations géothermales, ce qui place la géothermie en 1ère place des énergies renouvelables de la région

COMMENT ÇA MARCHE ?

Le principe : L’énergie issue de la chaleur de l’eau est récupérée, transférée sans contact au réseau d’eau du réseau de chaleur. Il s’agit donc uniquement d’un transfert de chaleur : à aucun moment, l’eau du Dogger, qui est corrosive, n’est en contact direct avec l’eau douce sanitaire distribuée dans les habitations.

Un premier puits permet de récupérer la chaleur présente dans la croûte terrestre, c’est à dire d’extraire l’eau liquide contenue dans la couche géologique du Dogger.

En surface, un échangeur permet de transférer les calories présentes dans l’eau de l’aquifère vers l’eau du réseau de distribution de chaleur.

Le réseau de canalisation d’eau dessert ensuite les sous-stations présentes en pied ; celles-ci amènent la chaleur à chaque immeuble ou équipement pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire.

Après utilisation dans la centrale géothermique, l’eau géothermale est refroidie,  et renvoyée retourne par un second puits vers son milieu naturel. Ce principe permet de maintenir l’équilibre hydrogéologique de la réserve d’eau chaude (à Chelles et Ile-de France, du Dogger).

plan-chelles

Démarche Développement Durable de la ville de Chelles

schema_evolution_repartition_reseau

Historique de la démarche à Chelles

Créé en 1987 après 3 ans d’études et de travaux, le réseau de Chelles a été initié par la Ville, pour faire face aux chocs pétroliers et à la crise de l’énergie de la fin des années soixante dix.

En 2001, pour améliorer l’efficacité du réseau et permettre une augmentation de la production de chaleur, une unité de cogénération a été créée venant compléter la production uniquement géothermique.

Aujourd’hui, le Syndicat Mixte de Géothermie de Chelles est le relai stratégique auprès des autorités de la ville de Chelles et de la région Ile-de-France pour tout ce qui concerne le développement du réseau de chaleur et l’utilisation de ressources nouvelles toujours orientées vers la protection de l’environnement. Il répond également de l’optimisation des ressources géothermales sur le réseau.

Visée écoresponsable

La ville s’inscrit donc dans une démarche éco-responsable grâce à son réseau qui ne cesse d’être développé.

L’usage de la géothermie permet de développer l’indépendance énergétique de la ville pour les besoins en chauffage et eau chaude sanitaire.

Le réseau de chaleur de Chelles permet ainsi de concrétiser la politique locale de développement durable.

Mix énergétique

Le mix énergétique (ou bouquet énergétique) désigne la répartition des différentes sources d’énergie primaire dans la consommation énergétique globale d’une zone géographique. À l’échelle du monde, il est dominé à plus de 80% par les énergies fossiles (pétrole, gaz naturel, charbon).

À Chelles, le mix énergétique est assuré essentiellement par des énergies renouvelables :

• Géothermie 55%

• Cogénération 35%

• Gaz 10%

mix-energetique-web
schema_cogeneration-web

Cogénération

La cogénération désigne la production simultanée de deux énergies dans la même centrale.

Il s’agit d’une utilisation efficace des énergies fossiles et renouvelables, qui permet de valoriser une forme d’énergie rejetée généralement dans l’environnement, comme la chaleur.

Une partie de la chaleur produite est utilisée pour activer un moteur (à combustion externe ou interne), une turbine ou une pile à combustible pour produire de l’électricité. La chaleur restante est utilisée directement pour chauffer de l’eau ou produire de la vapeur.

À Chelles, c’est la combinaison de gaz naturel et de géothermie qui permet de produire de la chaleur.

Les + du réseau de chaleur

picto2-bleu

ÉNERGIE ÉCOLOGIQUE ET RENOUVELABLE

Qui s’inscrit dans une démarche de développement durable

picto4-bleu

RESPECT DE L'ENVIRONNEMENT

Limitation des émissions d’oxyde d’azote et de dioxyde de soufre sans augmentation des émissions de gaz carbonique

picto3-bleu

PRODUCTION D'ÉNERGIE STABLE

Totalement indépendante des conditions climatiques

picto5-bleu

RÉDUCTION DES RISQUES

Liés au transport de l’électricité et sécurisation du réseau

picto1-bleu

DIFFUSION DE CHALEUR HOMOGÈNE

Constante et répartie dans toutes les pièces de l’habitation

picto6-bleu

DES PRIX STABLES

Grâce à la déconnexion du prix des énergies fossiles, et de l’absence de taxes sur la consommation de gaz (TICGN, Taxe carbone). Une TVA bonifiée à 5,5%.

Actualités

Contact

Syndicat Mixte de Géothermie de Chelles
Hôtel de Ville Parc du souvenir Emile Fouchard
77500 Chelles
Téléphone: 01 64 72 84 11 ou 06 72 28 71 76
E-mail: ev.smgc@chelles.fr

Partenaires